Le lieu

Le bâtiment du Musée a été conçu par l'architecte Gabriel Devreux comme les autres éléments classés du campus historique de l'Université du Travail. Il a été édifié à l'occasion de l'Exposition internationale de Charleroi en 1911 afin d'y accueillir l'exposition des Beaux-Arts et d'art ancien wallon. Les deux grandes halles de verre et de fer construites de part et d'autre de l'entrée monumentale (avec fronton et péristyle néoclassiques) sont ensuite investies par des ateliers techniques (maçonnerie, menuiserie, soudure,...) tandis que le bâtiment qui lie ces deux halles (l'actuelle salle Pierre Dupont) devient un gymnase.

Après transformation en 2014-2015, les travaux de cet ancien hall industriel ont été confiés, par concours, au bureau d'architecture Archiscénographie Roland, déjà auteur précédemment des rénovations du Musée Félicien Rops à Namur et des Abattoirs, à Mons (en collaboration avec Matador).

Le nouveau Musée se définit comme un lieu "hybride", fait de différents types d'espaces, accessibles par différents niveaux. Sur plus de 1000 m2, la Grande Halle conserve son côté industriel "brut" particulièrement adapté aux formes d'art contemporain expérimentales et aux nouvelles productions. Cette salle a simplement été dotée de cimaises supplémentaires, déployant plus de possibilités d'accrochage. La seconde aile du BPS22 a, par contre, été totalement transformée en une immense "white box" (Salle Pierre Dupont) de 800 m2. Elle répond désormais aux normes muséologiques internationales et est parfaitement adaptée aux conditions d'exposition d'œuvres plus délicates.

Avec ces deux grands espaces distincts, ce sont deux expériences de l'art qui sont ainsi proposées : l'une, contextuelle, liée à l'histoire du site et du bâtiment ; l'autre, aseptique, atemporelle et atopique, telle que la propose la tradition moderniste depuis les années 60.

L'accent a également été mis sur la diversification des espaces. Plusieurs petites salles (Grenier, Mirador, Project room) ont été créées, permettant désormais au BPS22 d'accueillir des projets artistiques de plus petits formats, des expériences "décalées", des recherches originales, ou des œuvres plus intimistes. Une scène a également été créée pour accueillir des performances ou des concerts singuliers. Enfin, un studio permet également d'héberger les artistes qui développeront des productions in situ.

Une attention particulière a été apportée à l'accueil des publics. Outre l'espace d'entrée entièrement reconfiguré, afin de favoriser la circulation dans les salles d'exposition et l'accès aux personnes à mobilité réduite, l'accent a été mis sur l'une des actions-phares du BPS22, la médiation, grâce à l'aménagement de deux salles (L'Atelier et Le Labo). Une troisième salle est également dédiée aux activités menées avec les habitants du quartier (Le Local).