Acceptez-vous l'utilisation de cookies pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web ?

Voir plus

Pour réserver votre ticket

Cliquez ici

Emousser la curiositéGoûter Philo

  • Echanges
20.09.2020-14:30>16:00

COMPLET

Cette saison, Maud Hagelstein, philosophe de l'art et chercheuse FNRS/ULiège, vous emmène à la découverte de l'art contemporain qui compose avec le vivant non-humain, crée des articulations avec le monde des autres vivants.

Sortir de la crise (écologique) qui frappe aujourd’hui le monde des vivants pourrait passer, comme le propose le philosophe-pisteur Baptiste Morizot, par un travail sur « l’ajustement des égards ». À force de ne pas se regarder, ou de se négliger, on finit par s’oublier. On partage pourtant les mêmes territoires. Et bien sûr, on ne cesse de se déranger. Comment (ré)apprendre à se connecter avec le vivant non-humain ? Écouter, observer, marcher, être aux aguets, s’immobiliser, sentir, partager la nuit, croiser les regards, chercher les odeurs, suivre...– de nombreux comportements sont à réinventer. Les artistes ont depuis longtemps cherché des articulations possibles avec les mondes des autres vivants. Allons glaner des œuvres qui nous ouvrent les sens, qui politisent nos liens, qui nous forcent à regarder puis à écouter plus loin, qui nous rendent au silence, ou qui nous invitent à la négociation. Allons glaner des œuvres pour l’ajustement des égards. - Maud Hagelstein

Les œuvres d’art peuvent donner impulsion à nos désirs d’aventure. On y trouve toutes sortes de singularités, qui élargissent nos représentations de l’autre, du vivant non-humain. Les œuvres d’art nous apprennent le trouble, nous secouent, nous renversent parfois. Elles nous redisent avec leurs vanités que la vie est transitoire, et qu’elle ne se réduit pas à ce qu’on connait ou maitrise. Autrefois, les cabinets de curiosités accueillaient nos fantasmes les plus fous sur le vivant : pierres de foudre, carapaces, papillons séchés, cornes de licorne, herbiers peints, crocodiles empaillés, automates, bébés siamois. Ces collections incongrues s’appuyaient sur un imaginaire de l’extinction (un imaginaire des êtres vivants disparus) et une sensibilité à l’étrangeté qui se rejoue aujourd’hui chez les artistes contemporains.

DIM. 20.09.2020
14:30 > 16:00

COMPLET !

Tarifs (entrée au musée et goûter compris)
Adultes : 10€
Seniors, étudiants, profs et demandeurs d'emploi: 6€
Ticket Article 27
Abonnement (à partir de 4 goûters et/ou conférences) : 6€/séance

Infos et réservations : Service Médiation
+32 71 27 29 71 ou email hidden; JavaScript is required

Chargement en cours...